SSA - Service de Santé des Armées

Les emplois de catégorie active sont des emplois présentant un risque particulier ou des fatigues exceptionnelles justifiant un départ anticipé à la retraite. Cette catégorie dite « active » constitue aussi un dispositif de compensation de la pénibilité. Les agents relevant de ce mode, bénéficient donc d’un mécanisme de compensation de leurs conditions de travail pénibles leur permettant de partir plus tôt à la retraite.

Pour l’hospitalière cela concerne 40 % des départs en retraite au titre du service actif, contre 22 % à l’État et 6 % à la territoriale.

Lire la suite...

Ce dernier comité s’est déroulé dans une atmosphère tendue au regard de la situation actuelle au SSA et de ses restructurations. Le quorum étant suffi sant, la séance a débuté et s’est poursuivie avec les organisations syndicales présentes, par la désignation du secrétaire-adjoint de la CFDT. Le comité a approuvé à l’unanimité par vote, le PV du CTR du 11 juin 2014.

Lire la suite...

Le 4 décembre 2014, les personnels civils du Service de Santé des Armées (SSA) voteront pour désigner leurs représentants au Comité Technique de Réseau (CTR), conformément à la loi de 2008 sur la représentativité et sa déclinaison dans la fonction publique. Il nous appartiendra de valoriser encore plus l’importance que représente, le « socle des personnels civils SSA», ressource humaine indispensable, partie intégrante du dispositif appelé « cœur du métier », au service de la mission santé au ministère de la défense. En votant CFDT et CFTC, vous renforcerez vos élus CTR SSA, dans leur travail quotidien. Vous aurez ainsi à cœur de voter, pour démontrer à votre employeur que ses personnels civils veulent se faire entendre pour la construction d’un avenir et d’une perspective professionnelle, meilleure qu’elle ne l’est aujourd’hui au sein du SSA.

Lire la suite...

Les décisions du ministre de la défense, dans le cadre des annonces 2015, intègrent la fermeture du Val de Grâce. Raison invoquée : Des réparations et réfections des infrastructures se chiffrant à 250 millions d’euros. Quand on veut tuer son chien, ne dit-on pas qu’il a la rage…

Lire la suite...

L’avenir de l’hôpital militaire du Val-de-Grâce (Paris) est aujourd’hui incertain. Le dossier est entre les mains du ministère de la défense, qui affronte une nouvelle période de restructuration de grande ampleur, dans le cadre de la loi de programmation militaire 2014-2019 : réduction des dépenses dans tous les secteurs et réduction des effectifs à hauteur de 34 000 personnels civils et militaires.

Lire la suite...