Publications confédérales CFDT

Autonome vis-à-vis des partis politiques, la CFDT ne donnera pas de consigne de vote pour la campagne des élections présidentielles. Pour autant, elle s’engagera dans le débat public et s’opposera au Front national, contraire à ses valeurs. Explications[...]

[VIDÉO 13mn] Mylène Jacquot, secrétaire générale CFDT Fonctions Publiques, invitée de "acteurs publics TV" le 19 avril 2017
“Le travail des fonctionnaires est le grand oublié de la campagne !”

“Les propos de campagne l’emportent sur le fond, regrette la secrétaire générale de la CFDT Fonctions publiques (Mylène Jacquot), et laissent à penser que la manière dont travaillent les agents publics est complètement ignorée.”[...]


[VIDÉO 9mn] Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, invité de "France Inter" le 13 avril 2017
"La CFDT ne soutient aucun candidat à la présidentielle" tout en fixant des lignes rouges, notamment concernant ses valeurs.

 

C’est historique : la CFDT devient la première organisation syndicale des salariés du privé, à l’issue du deuxième cycle de représentativité.

C’est un séisme dans le paysage syndical. La CFDT passe en tête des organisations syndicales représentant les salariés du secteur privé, à 26,37 %. Elle progresse de 0,37 points, mais surtout de 62.741 voix. Elle devance la CGT qui, à 24,85 %, est reléguée en deuxième position – une situation inédite depuis la constitution de cette organisation en 1895.

« Nous vivons un profond bouleversement du paysage syndical, souligne Laurent Berger. Et si, depuis 2013 nous étions convaincus que c’était possible, nous n’imaginions pas un tel écart aujourd’hui ! » Il faut dire que tandis que la CFDT progresse, la CGT régresse fortement en points (- 1,96 point) et en nombre de voix (- 58 189).

« Cette première place confirme que notre type de syndicalisme, capable de regarder la réalité en face pour mieux la transformer, capable de faire des propositions, de s’engager dans la négociation et d'obtenir des résultats concrets, répond aux attentes des salariés », a salué le secrétaire général de la CFDT. De fait, alors que les organisations syndicales dites réformistes sont dans une dynamique plus ou moins forte de progression, les organisations dites contestataires marquent plus ou moins le pas : la CFE-CGC progresse ainsi de 1,25 points à 10,67 %, la CFTC 0,19 points à 9,49 % et l’Unsa de 1,21 points à 5,35 % ; dans le même temps, FO perd 0,42 points à 15,59 % et Sud reste stable à 3,46 % (-0,1 point)...

*PPCR : Parcours Professionnels, des Carrières et des Rémunérations

Le protocole PPCR, signé par la CFDT, va pouvoir s’appliquer à tous les fonctionnaires.

Les textes sont presque tous parus, les derniers le seront d’ici fin avril, comme l’avait souhaité la CFDT, afin d’en garantir l’application.

Tous les agents vont bénéficier de PPCR : transfert des primes en points pour rééquilibrer l’indiciaire et l’indemnitaire et améliorer les pensions, revalorisation de tous les indices y compris des débuts et des fins de carrière, augmentation du point d’indice de 0,6 % en février après une augmentation de 0,6 % en juillet dernier, passage en A des agents de la filière sociale, déroulement d’une carrière complète sur au moins deux grades car encore trop d’agents restent bloqués au premier grade de recrutement... 

 

Pour garantir et améliorer le niveau de vie des retraités, la CFDT Retraités revendique l'indexation des retraites sur les salaires.

Pas d’inflation, pas d’augmentation des retraites. C’est la règle, car les retraites évoluent comme les prix. Cette situation est inacceptable !

La revalorisation sur les prix conduit à une dégradation des pensions pour les retraités actuels et futurs.

  • NON à l’érosion du niveau de vie des retraités !

  • NON à la dégradation du niveau des pensions à la liquidation !

  • NON à la paupérisation des retraités !

  • OUI à une pension minimale équivalente au SMIC !

  • OUI à l’indexation des pensions sur les salaires !

ALORS QUE LES ATTAQUES CONTRE LES FONCTIONNAIRES SE MULTIPLIENT, LA CFDT CHOISIT DE RAPPELER QUELQUES FAITS POUR DÉPASSER LES STÉRÉOTYPES. 

Il faut cesser de considérer les fonctionnaires, et les politiques publiques qu’ils sont chargés de mettre en œuvre, comme un poids sur le budget de l’État et des collectivités. Les uns comme les autres sont un investissement en termes, par exemple, de cohésion sociale, de développement économique et de sécurité.