Publications confédérales CFDT

De la Bretagne à la Méditerranée, de l'Aquitaine à l'Ile-de-France mais en passant par la Lorraine, les "7 mercenaires" de la représentation CFDT Défense (FEAE) ont activement participé au rassemblement des jeunes adhérent(e)s et militant(e)s CFDT 2016...

PROJET LOI TRAVAIL : OÙ EN SOMMES-NOUS ?

En débat au sénat, le projet de loi reviendra à l’assemblée nationale fin juin. La cfdt poursuit son action auprès du gouvernement et des parlementaires, pour qu’il soit maintenu en l’état actuel et même amélioré sur quelques points.

   Version imprimable

 

Oui, la France compte trop peu de salariés syndiqués. De là à dire que les syndicats ne servent à rien, il y a un pas à ne pas franchir (même si certains le font). Démonstration.

À l’heure du « syndicalisme bashing », la tendance est à dénoncer « des syndicats qui ne représentent qu’eux-mêmes »… De fait, la France est l’un des pays où l’on compte le moins d’adhérents à une organisation syndicale en proportion du nombre de salariés. Avec un taux de 7,7 % (en 2012, date de la dernière mesure complète), la France est en queue de peloton des pays de l’OCDE, tout juste devant l’Estonie (6,4 %) et la Turquie (4,5 %). Et surtout très loin derrière la Suède (67,5 % de syndiqués) et la Finlande (68,6 %) ou encore l’Islande, qui caracole en tête avec 82,6 % de salariés adhérents à une organisation syndicale ! Plus proche de nous, la Belgique affiche un taux de 55 % de syndiqués. Quant à l’Allemagne, dont le modèle social est tant vanté en toute occasion, son taux de syndicalisation est de 17,8 %.

Comment expliquer de tels écarts ?

Lire la suite...